On parle beaucoup des phtalates, j’aimerais en savoir plus.

 

  • Qui sont-ils et où les trouve-t-on ?

Les phtalates sont des composés chimiques fortement utilisés dans la fabrication de plastifiants, ils sont essentiellement ajoutés au PVC (polychlorure de vinyle) pour le rendre souple et flexible.

Il existe plus d’une dizaine de phtalates, les plus couramment utilisés sont le DEHP, le BBP, le DBP, le DEP, le DINP …

Les phtalates peuvent entrer dans la composition d’innombrables produits du quotidien. Quelques exemples dans l’illustration ci dessous :

 

  • Sommes-nous exposés ?

Au vu de l’utilisation importante de ces dérivés chimiques, nous sommes tous exposés à ces molécules.

Cette exposition peut se faire par différente voie : orale, aérienne et cutanée.

Toutefois, c’est par la voie alimentaire que nous sommes le plus exposés (elle représenterait 90 % de l’exposition totale d’après des données de Santé Publique France).

Des études ont montré que les déterminants majoritaires de l’imprégnation en phtalates sont les aliments à forte teneur en graisse, tels que les viandes, le lait, le beurre.

Les phtalates, qui ont une affinité forte pour les graisses et les alcools lourds, peuvent migrer des emballages au contact de liquide ou de graisse.

De plus, les phtalates sont des composés chimiques particulièrement légers et volatils, qui s’évaporent facilement et sont susceptible de contaminer l’air en se retrouvant dans les poussières domestiques.

Dans l’étude Esteban (2014-2016), l’ensemble de la population étudiée était exposé à au moins un phtalate à un niveau de concentration urinaire quantifiable.

 

  • Sont-ils toxiques ?

Les Phtalates sont jugés comme étant des perturbateurs endocriniens, et pour la plupart sont classés comme « substances toxiques pour la reproduction ».

Des effets sont suspectés sur le système reproducteur masculin et sur la fonction thyroïdienne. Une exposition prénatale pourrait perturber le développement de certains tissus ou organes, avec des conséquences sanitaires possibles à l’âge adulte voire même après plusieurs générations, par des mécanismes épigénétiques.

Du fait de leurs effets cancérigènes et perturbateurs endocriniens, certains phtalates comme le DEHP (qui possède le potentiel toxique le plus élevé), le DBP, ou encore le BBP ont été bannis en Europe pour certains usages. Ainsi ils sont désormais interdits dans les cosmétiques, les emballages plastiques au contact d’aliments gras, ainsi que dans les jouets, les articles de puériculture et dans certains dispositifs médicaux.

 

  • Quelques conseils afin de limiter son exposition :

* Utiliser des ustensiles et des contenants en verre, porcelaine ou acier inoxydable plutôt qu’en plastique.

* Éviter de réchauffer son repas au four micro-ondes dans des contenants en plastique (la chaleur fait augmenter le relargage des phtalates dans la nourriture).

* Limiter la consommation de produits ultra transformés type fast-food … (riches en graisse).

* Lire attentivement la liste des ingrédients des produits pour les soins corporels

privilégiez les produits naturels et qui contiennent peu d’ingrédients

→ évitez les cosmétiques avec des fragrances, parfums.

* Choisir des jouets en plastique « sans Phtalate », « sans PVC ».

* Dépoussiérer régulièrement son intérieur à l’aide de microfibres.

* Aérer son logement (10 minutes 2 fois /jour).

 

Sources :

https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/exposition-a-des-substances-chimiques/perturbateurs-endocriniens/documents/rapport-synthese/impregnation-de-la-population-francaise-par-les-phtalates-programme-national-de-biosurveillance-esteban-2014-2016

https://www.anses.fr/fr/system/files/SUBCHIM2009sa0331Ra-104.pdf

https://www.santescience.fr/phtalates/

Publié en janvier 2023

On parle des nitrites dans les aliments, est-ce dangereux pour les femmes enceintes ?

 

Les nitrites sont présents dans notre alimentation, majoritairement en tant qu’additifs (E249 et E250), ce sont des conservateurs utilisés pour leurs propriétés antimicrobiennes et ils permettent également de conférer à certaines viandes la couleur rose. On les retrouve principalement dans les produits carnés tels que la charcuterie.
En effet, la charcuterie représente entre 41 et 63% de nos apports en nitrites. Les deux produits contributeurs majeurs étant le jambon cuit et les saucisses-saucissons cuits.

Une fois ingérés, les nitrites peuvent être transformés lors de la digestion en composés toxiques, appelés composés N-nitrosés.
Ainsi, les nitrites, ingérés dans des conditions où ils peuvent entrainer la formation de composés endogènes nitrosés, ont été classés probablement cancérogène pour l’homme par le CIRC en 2010 (2A).
Notons que la consommation de viande transformée (incluant la charcuterie) a été elle-même classée cancérogène avéré pour l’homme.

Pour les femmes enceintes, comme pour le reste de la population, on retiendra donc de :
– Privilégier une alimentation fait maison et limiter les aliments transformés,
Et notamment limiter la consommation de viande transformée/charcuterie à 150g/semaine.

Précisons que les additifs nitrés sont de plus en plus controversés, et certains fabricants les suppriment donc progressivement. Attention toutefois, car ils sont parfois remplacés par des bouillons de légumes riches en nitrates qui conduisent finalement à la même exposition aux composés N-nitrosés.

En effet, les nitrates (présents également dans certains produits tels que charcuterie ou fromages en tant qu’additifs : E251 et E252), sont également classés probablement cancérogène pour l’homme par le CIRC. Tout comme pour les nitrites, ce classement concerne les nitrates ingérés dans des conditions où il peuvent entrainer la formation de composés endogènes nitrosés.
Mais, contrairement aux nitrites, nous les ingérons surtout dans notre alimentation végétale (certains légumes ayant une forte teneur en nitrates, cf http://www.projetfees.fr/nitrates-dans-les-legumes-est-ce-que-ca-pose-probleme-pour-mon-bebe/ ) et dans l’eau de boisson. La part des nitrates ingérée en tant qu’additif est très faible dans l’exposition totale.

 

Enfin, rappelons que la consommation de viande crue est déconseillée chez la femme enceinte à cause du risque de listériose, la viande (ainsi que le poisson et les œufs) doivent donc être préférentiellement consommés bien cuits pendant la grossesse.

 

Pour en savoir plus sur les nitrates et les nitrites, et le récent rapport de l’ANSES à ce sujet, cliquez sur ce lien : http://www.projetfees.fr/nitrates-et-nitrites-que-nous-apprend-le-recent-rapport-de-lanses/ .

 

Publié en octobre 2022

Posted in: FAQ

Nitrates dans les légumes : est-ce que ça pose problème pour mon bébé ?

Les nitrates sont des dérivés de l’azote. Ils sont présents naturellement dans les légumes (cette présence naturelle peut être renforcée par des pratiques agricoles, telle que l’utilisation excessive d’engrais chimiques), et particulièrement dans certains légumes comme les épinards, la laitue, la roquette, le chou chinois, la betterave et le radis.

On trouve également des nitrates dans l’eau et en tant qu’additifs dans la charcuterie ; mais nos apports principaux proviennent des légumes.

Chez les enfants, l’ingestion d’une quantité importante de nitrates peut, suite à une transformation des nitrates en nitrites, conduire à une maladie rare nommée méthémoglobinémie (les nitrates ne sont pas les seules molécules susceptibles d’entrainer cette maladie). Cette maladie provoque plusieurs symptômes, dont le principal est la cyanose (d’où le nom plus commun de la maladie : « syndrome du bébé bleu »), et entraine une hypoxie tissulaire (c’est-à-dire un manque d’oxygène).

La transformation des nitrates en nitrites augmente :

  • Lorsque le temps entre la préparation et la consommation des légumes augmente,
  • Lorsque le stockage des légumes est inapproprié (stockage prolongé de légumes cuits à température ambiante),
  • Lorsque les légumes sont réduits en purée.

Elle est également favorisée quand l’enfant souffre d’une infection bactérienne intestinale.

Elle est en revanche stoppée par la congélation.

En s’appuyant notamment sur les conclusions de 2010 de l’EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments), pour l’alimentation des enfants de 1 à 3ans, et surtout en cas d’infection bactérienne intestinale, on conseillera donc de :

  • Éviter une trop forte consommation de légumes à forte teneur en nitrates (ex épinards) : >200g/jour au cours d’un jour donné,
  • Éviter l’ingestion de soupe de légumes cultivés avec engrais nitratés
  • Éviter l’ingestion de soupe de légumes conservée longtemps après cuisson.

En pratique, pour la préparation des petits pots pour bébé, on retiendra quelques astuces pour limiter la présence de nitrates :

  • Consommer moins de 24h après la préparation ou congeler,
  • Cuire les légumes riches en nitrates et jeter l’eau de cuisson,
  • Éplucher les légumes,
  • Ôter la nervure des légumes feuilles.

On peut noter qu’en France, le taux de nitrates dans l’eau est réglementée (la limite de qualité est fixée à 50mg/L), ainsi la consommation d’eau du robinet n’entraine pas de risque de méthémoglobinémie.

Pour en savoir plus sur les nitrates et les nitrites, et le récent rapport de l’ANSES à ce sujet, cliquez sur ce lien : http://www.projetfees.fr/nitrates-et-nitrites-que-nous-apprend-le-recent-rapport-de-lanses/

Sources :

 

Publié en octobre 2022

Posted in: FAQ

Le limonène présent dans les cosmétiques a-t-il un impact sur notre santé ?

Le Limonène : qu’est-ce que c’est ?

C’est une substance naturelle retrouvée absolument partout dans l’atmosphère terrestre, aussi bien en milieu naturel, urbain, qu’à l’intérieur des habitations.

Il est spontanément produit et émis par certains végétaux, arbres, plantes, fruits qui le diffusent dans les airs.

Il tient son nom du citron, dans lequel il est présent en quantité importante.

Le limonène est une molécule aromatique, sous forme liquide et incolore, à l’odeur d’agrume obtenu après distillation.

Il est très utilisé dans les cosmétiques ainsi que dans les produits ménagers.

 

Ses multiples usages

Le Limonène est utilisé en très petites quantités dans les produits de consommation (alimentation) en tant qu’arôme ou parfum, dans les produits ménagers pour son odeur fraîche et ses propriétés nettoyantes et dégraissantes.

Il est également utilisé en tant que solvant dans les peintures, en tant qu’arôme et solvant dans les médicaments…

 

La Réglementation en Cosmétique

Le Limonène est classé parmi les 26 allergènes réglementés en Europe, ce composant est une partie isolée (des fractions) d’huiles essentielles, utilisé en cosmétique en tant que parfum naturel et en partie aussi pour la conservation.

Cela signifie également qu’il est présent en quantité très faible, généralement cité à la fin de la liste des ingrédients, lorsque sa concentration est :

> à 0,001 % dans les produits non-rincés,

> à 0,01 % dans les produits rincés.

La présence de cet ingrédient dans les cosmétiques ne pose guère de problème pour la plupart d’entre nous, néanmoins, chez les plus sensibles, il peut entrainer des réactions cutanées, tel que des irritations et/ou des allergies cutanées (rougeurs, irritations, démangeaisons, photosensibilisation…)

 

Quelques conseils :

  • Lire les étiquettes pour repérer les allergènes avant l’achat d’un produit,
  • Respecter le mode de conservation et d’utilisation,
  • Déconseiller chez les tout-petits (comme toute la liste des 26 allergènes),
  • Éviter les huiles essentielles pendant la grossesse, l’allaitement, et chez les enfants,
  • Pour les personnes ayant un terrain allergique, tester au préalable le produit, sur une partie du corps (mains, bras) plutôt que directement sur le visage,
  • Aérer après utilisation.

 

Autres cibles :  

Notons que le Limonène est une molécule très toxique pour les organismes aquatiques.

 

 

Sources :

https://ansm.sante.fr/

https://www.techno-science.net/glossaire-definition/Limonene.html

Limonène – Limonene – Ingrédients cosmétiques – CosmeticOBS – L’Observatoire des Cosmétiques

Publication de la 17e ATP du CLP – Commission européenne (cosmeticobs.com)

https://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_227

 

Publié en octobre 2022

Posted in: FAQ

Connaissez-vous l’importance des 1000 premiers jours sur la construction du microbiote ?

Un microbiote c’est l’ensemble des micro-organismes : bactéries, virus, parasites et champignons non pathogènes qui vivent en symbiose dans le corps humain.
Dans l’organisme, il existe différents microbiotes : au niveau de la peau, de la bouche, du vagin, des poumons… Le microbiote intestinal est le plus important du corps humain.
Il est crucial dans la physiologie humaine : il permet la digestion mais aussi la synthèse de bonnes molécules pour la santé.
Il joue un rôle très important dans la santé à venir de l’enfant.

Plusieurs facteurs peuvent influencer le développement du microbiote : le terme de naissance, ainsi que la voie d’accouchement par exemples. L’allaitement maternel joue également un rôle important dans la construction d’un « bon » microbiote chez le nourrisson : il permettra d’apporter de bonnes bactéries et a un effet prébiotique.

Un déséquilibre du microbiote (dysbiose) peut entrainer des maladies dysimmunitaires, allergiques, métaboliques….

La nutrition durant les 1000 jours est très importante pour apporter les bactéries essentielles à sa construction.

Afin de favoriser la construction d’un bon microbiote :
– Pour la maman, il est conseillé de s’alimenter de façon équilibrée durant la grossesse et l’allaitement, ainsi que de limiter son exposition aux produits de désinfection.
– Pour l’enfant, il est conseillé de privilégier une alimentation équilibrée, de favoriser le contact avec son environnement (animaux, nature) et de limiter son exposition aux produits de désinfection.

Si vous souhaitez en savoir plus: cliquez ici

Mis en ligne juin 2022

Posted in: FAQ

Phytoœstrogènes : où les trouve-t-on et faut-il s’en méfier ?

Les phytoœstrogènes sont des substances présentes naturellement dans les plantes (ou issues du métabolisme dans l’organisme d’un précurseur végétal), ayant une analogie structurale plus ou moins grande avec l’oestradiol et pouvant donc se lier aux récepteurs des œstrogènes. Elles sont ainsi définies par leur capacité in vivo à induire des effets comparables à ceux des œstrogènes animaux.

Ces molécules font partie de la famille chimique des composés phénoliques et peuvent appartenir à différentes classes : isoflavonoïdes, coumestanes, flavonoïdes, stilbènes, lignanes ou entérolignanes.

Nous pouvons être exposés à certaines de ces molécules par notre alimentation :

  • Les plantes contenant des isoflavones font le plus souvent partie de la famille des fabacées (légumineuses). On trouve notamment des isoflavones (génistéïne, daïzdéine) en grande quantité dans le soja.
  • On peut trouver des lignanes dans de nombreux fruits, légumes, thé, café…
  • Les coumestanes quant à elle, peuvent se trouver dans la partie aérienne de certaines plantes comme la luzerne et le trèfle, ne faisant pas directement partie de notre alimentation humaine mais que l’on peut retrouver dans des compléments alimentaires.

Dans les conditions de consommation classique (notamment concernant le soja très consommé parmi les populations asiatiques), les phytoœstrogènes ne sont pas décrits comme toxiques et bénéficient d’une réputation de sécurité liée à l’historique de leur consommation.

Cependant, la possibilité d’une extension de leur apport dans certaines populations (végétariens occidentaux, consommateurs de compléments alimentaires) à des doses pouvant être élevées et sous forme éventuellement différente, soulève la question de leur innocuité.

Un seuil limite de sécurité dans les apports alimentaires pour la population adulte a été fixé à 1mg/kg/jour, mais ce seuil ayant été établi sur des données anciennes, le HCSP recommande la mise à jour par l’Anses du rapport de l’AFSSA (Agence française de
sécurité sanitaire des aliments) portant sur les risques associés à ces substances, en
particulier pour les femmes enceintes et allaitantes.

Du fait de l’incertitude importante liée à leurs effets potentiels sur la croissance et le développement fœtal, et de leur interaction avec le métabolisme des hormones thyroïdiennes, il est actuellement déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes de consommer des phytoœstrogènes, et donc d’éviter notamment tous les aliments à base de soja (tofu, tonuy, desserts à base de soja) ainsi que les compléments alimentaires contenant des phytoœstrogènes (c’est-à-dire ceux contenant notamment de la luzerne et du trèfle).

 

Sources:

– Avis relatif à la révision des repères alimentaires pour les femmes enceintes et allaitantes. HCSP. 18 janvier 2022.

https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20220118_rvisdesrepralimpourlesfemmenceet.pdf

– Sécurité et bénéfices des phytoœstrogènes apportés par l’alimentation- Recommandations. Affsa. Mars 2005. https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT-Ra-Phytoestrogenes.pdf 

 

Mis en ligne juin 2022

Photo: Ella Olsson (pexels)

Posted in: FAQ

Carafes filtrantes : que nous dit l’avis de l’ANSES ?

En France, l’eau destinée à la consommation humaine est globalement de bonne qualité. De nombreux contrôles sont effectués afin de s’assurer de l’absence de substances ou micro-organismes qui pourraient avoir un impact sur la santé des consommateurs.

Il est possible de vous tenir informés à tout moment de la qualité de votre eau du robinet via le site : https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau . L’affichage est également obligatoire en mairie.

Certains ménages utilisent des carafes filtrantes, pour enlever le goût de chlore de l’eau, ou éliminer le calcaire et certains métaux pouvant être présents dans l’eau du robinet. L’ANSES s’est posé la question de l’efficacité et de l’innocuité de ces dispositifs, voici ce que nous pouvons en retenir :

– Tout d’abord, il est important de rappeler que ces dispositifs de filtration de l’eau ne sont pas destinés à rendre potable une eau qui ne le serait pas.

– Par ailleurs, il est très fortement déconseillé de préparer le biberon avec une eau filtrée ou adoucie du fait du développement facilité de certains micro-organismes :

« N’utilisez pas d’eau ayant subi une filtration (carafe filtrante par exemple ou tout autre type de traitement de filtration à domicile) ou ayant subi un adoucissement car ces systèmes peuvent favoriser la multiplication des microorganismes. »

« Ne pas utiliser d’eau ayant été filtrée, que ce soit via une carafe filtrante ou par tout autre type de traitement de l’eau installé au domicile. »

Concernant l’innocuité des carafes filtrantes, l’ANSES a mis en évidence plusieurs problématiques éventuelles :

  • Une diminution du pH de l’eau: Une étude a montré que l’eau filtrée grâce à une carafe filtrante favoriserait la dissolution de certains métaux (comme le nickel) si elle est ensuite utilisée dans d’autres ustensiles telles que les bouilloires ou les casseroles.
  • La libération d’argent : le charbon actif présent dans les filtres est parfois traité par de l’argent, dans le but de limiter la prolifération microbienne dans le filtre de la carafe (et non de désinfecter l’eau). De l’argent peut ensuite être libéré dans l’eau, particulièrement lorsque l’eau est stockée à température ambiante – comparativement au stockage dans un réfrigérateur.

L’argent peut présenter des effets sur la santé même à faible dose : perturbation des enzymes hépatiques, des paramètres sanguins et une immunotoxicité.

  • Le développement de micro-organismes: l’importance de cette prolifération peut dépendre :
    • De la quantité de matière organique dans l’eau destinée à être filtrée ;
    • De la température ;
    • Du temps de stagnation ;
    • Des conditions d’hygiène ;
    • De l’âge de la carafe et de la durée d’utilisation de la cartouche.

On peut noter que ce phénomène n’est pas spécifique à l’eau filtrée par une carafe et peut-être observé également pour une eau destinée à la consommation humaine non filtrée et stockée dans un contenant à température ambiante.

  • La libération d’autres substances:
    • Libération de Sodium et de Potassium : certaines études mettent en évidence une augmentation des teneurs en sodium et en potassium dans l’eau filtrée. Bien que toutes les études n’aient pas pris en compte ces paramètres, l’ANSES alerte sur le fait que les quantités de sodium et de potassium susceptibles d’être libérées dans l’eau filtrée mériteraient de figurer dans les manuels d’utilisation des carafes afin d’informer les personnes suivant un régime alimentaire contrôlé.
    • Possible libération de Manganèse et de Plomb.
    • Augmentation des ions Ammonium.

L’efficacité des carafes filtrantes diffère selon les modèles testés, le volume d’eau filtré, les paramètres mesurés ainsi que leur concentration initiale et la qualité de l’eau.

Il apparait que les carafes filtrantes sont efficaces :

  • Sur les taux en Chlore (diminution d’au moins 70% tout au long de la durée de vie de la cartouche) ;
  • Sur les quantités de Cuivre et de Plomb (pendant toute la durée de vie de la cartouche).

L’efficacité apparait moindre pour certains paramètres :

  • Le Nickel : l’efficacité diminue rapidement au cours de l’utilisation de la cartouche ;
  • La dureté et l’alcalinité : très variable selon les carafes ;
  • Les Nitrates : efficacité d’élimination difficilement estimable.

Recommandation pour l’utilisation des carafes filtrantes :

  • Conserver au réfrigérateur et consommer l’eau filtrée rapidement (24h)
  • Respecter le mode d’emploi et les éventuelles précautions d’usage : nettoyage de la carafe, remplacement de la cartouche, contact de l’eau filtrée avec certains ustensiles …
  • Attention à certaines restrictions, par exemple :
    • Ne pas utiliser d’eau filtrée pour la préparation des biberons
    • Consulter un médecin pour les personnes suivant un régime alimentaire contrôlé notamment pauvre en sodium ou en potassium

Source : ANSES – https://www.anses.fr/fr/content/carafes-filtrantes-l%E2%80%99anses-rappelle-les-r%C3%A8gles-de-bon-usage

Bien que les carafes filtrantes soient donc des dispositifs qui apparaissent efficaces sur certains paramètres, ils ne le sont pas sur l’ensemble des substances testées. De plus, la filtration de l’eau à l’aide des carafes peut amener l’utilisateur à consommer une eau de qualité microbiologique dégradée. L’eau du robinet étant déjà de bonne qualité, nous pouvons nous interroger sur l’intérêt de ces dispositifs et surtout rappeler l’importance de respecter les recommandations ci-dessus.

Aussi, même s’il apparait que les carafes testées sont efficaces pour réduire les teneurs en plomb, il est déconseillé de boire de l’eau du robinet si les canalisations de l’habitation contiennent du plomb.  

Mis en ligne mai 2022

Crédit photo: N vishenka

Posted in: FAQ

Beurre de karité : Peut-on le conseiller aux femmes enceintes et nourrissons ?

Beurre de karité : qu’est-ce que c’est ?

Le beurre de karité est obtenu par extraction des graisses présentent dans la noix de karité. Cette noix est dans le fruit de l’arbre a karité, présent dans 19 pays d’Afrique.

Le beurre de karité est riche en acides gras (triglycérides) : oléique (32 à 62%), stéarique (25 à 50%), linoléique (1 à 11%) et palmique (2 à 10%). Il contient également des esters triterpéniques qui sont des molécules bioactives ainsi que d’autres insaponifiables.

Le beurre de karité est comestible et peut être utilisé en cuisine ou en cosmétique.

Sa dénomination dans une liste d’ingrédients cosmétiques (INCI) est butyrospermum parkii butter.

 

Beurre de karité : quelles propriétés ?

En raison de sa composition en acide gras, le beurre de karité est :

  • un émollient, il lubrifie la surface de la peau et lui donne un aspect doux et brillant,
  • un hydratant occlusif, il retarde l’évaporation de l’eau de la surface de la peau.

Le pourcentage élevé d’insaponifibales (triterpènes, tocophérol, phénols et stérols) lui confère des propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes (effets avérés par preuves in vivo et ex vivo).

 

Brut ou raffiné : quelles différences ?

Le beurre de karité peut être non raffiné. Il s’agit alors d’une matière oléagineuse obtenue de l’amande par des méthodes d’extraction manuelles ou mécaniques. Il est obtenu à travers un processus thermal ou de pression à froid sans altérer la nature de la matière grasse. Il peut être purifié par lavage à l’eau, par décantation, filtrage et centrifugation. Le beurre non raffiné est de couleur jaunâtre à ivoire et dégage une odeur caractéristique qui peut être perçue comme désagréable par certaines personnes.

S’il est chauffé à haute température, le beurre de karité est alors raffiné. Le raffinage permet sa neutralisation (élimination des acides gras susceptibles de s’oxyder), sa désodorisation et sa décoloration (le beurre devient blanc). Le chauffage à haute température détruit une grande partie des molécules bioactives (triterpènes).

 

Beurre de karité : effets indésirables ?

Aucun effet toxique pour le corps humain n’est connu.

Dans de rares cas, certaines personnes peuvent déclencher des réactions allergiques. Il s’agit notamment des personnes qui sont sensibilisées au latex. Par principe de précaution, les personnes ayant une allergie connue au latex, doivent éviter le beurre de karité.

 

Conseils

Le beurre de karité peut servir d’hydratant durant la grossesse ou chez le nourrisson.

  • Vérifier la liste INCI des ingrédients : le moins c’est le mieux,
  • Le choisir si possible labellisé,
  • Bien se laver les mains avant utilisation du fait de sa texture solide.

Sources :

Anti-Inflammatory and Skin Barrier Repair Effects of Topical Application of Some Plant Oils. Lin TK, Zhong L, Santiago JL. 2017

https://cosmeticobs.com/fr/articles/actus-59/karite-un-choix-durable-pour-les-cosmetiques-3168

https://www.fao.org/3/t8320f/T8320F05.htm

https://www.fao.org/3/y5918f/y5918f12.pdf

https://www.fao.org/fao-stories/article/fr/c/1369882/

Dall’Oglio F, Musumeci ML, Puglisi DF, Micali G. A novel treatment of diaper dermatitis in children and adults. J Cosmet Dermatol. 2021 Apr;20 Suppl 1(Suppl 1):1-4. doi: 10.1111/jocd.14091. PMID: 33934478; PMCID: PMC8252753.

Lin TK, Zhong L, Santiago JL. Anti-Inflammatory and Skin Barrier Repair Effects of Topical Application of Some Plant Oils. Int J Mol Sci. 2017 Dec 27;19(1):70. doi: 10.3390/ijms19010070. PMID: 29280987; PMCID: PMC5796020.

Hon KL, Tsang YC, Pong NH, Lee VW, Luk NM, Chow CM, Leung TF. Patient acceptability, efficacy, and skin biophysiology of a cream and cleanser containing lipid complex with shea butter extract versus a ceramide product for eczema. Hong Kong Med J. 2015 Oct;21(5):417-25. doi: 10.12809/hkmj144472. Epub 2015 Aug 28. PMID: 26314567.

Magali Saussey, Pascale Moity Maïzi. Reconnaître les savoir-faire dans un artisanat en Afrique de l’Ouest : le cas du beurre de karité au Burkina Faso. ISDA 2010 Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food, Jun 2010, Montpellier, France. ffhal-02753357f

https://www.jacionline.org/action/showPdf?pii=S0091-6749%2810%2901636-2

 

Mis en ligne avril 2022

Crédit photo : Ji-Elle

Posted in: FAQ

Couches lavables: conseils et précautions d’emploi

Bien que l’utilisation des couches jetables reste très majoritaire, les utilisateurs de couches lavables sont de plus en plus nombreux en France. En effet, certains parents, mais aussi des collectivités (crèches, maternités) ; se tournent vers cette option, notamment dans un souci de réduction des déchets. La controverse sur la qualité des couches jetables peut aussi peser dans ce choix. Ces dernières années, plusieurs études ou enquêtes ont incriminé la qualité des couches jetables et leur composition[1]. L’enquête de la DGGCRF en 2020 a toutefois révélé une amélioration de cette composition et l’absence de dépassement des seuils pour les substances recherchées.[2]

Une couche lavable est constituée de 3 épaisseurs :

  • La culotte de protection assure l’imperméabilité, elle est en général constituée de PUL (polyuréthane laminé) ou de laine (et nécessite alors une imperméabilisation préalable). Elle peut se fermer par scratch ou par pression
  • L’absorbant (également appelée insert, lange…) absorbe les urines. Il en existe de différentes compositions (coton, chanvre, bambou, microfibre…).
  • Le voile de protection qui recueille les selles et permet de les jeter, est constitué de tissé de cellulose (lavable si non souillé par des selles, jetable sinon) ou de tissu tel que la laine (lavable).

Il existe différents modèles de couches et les 2 premières épaisseurs peuvent être cousues ou séparées.

Les couches lavables paraissent une bonne option, respectant la santé du bébé par leur composition plus saine et naturelle, ainsi que la planète. Voici néanmoins quelques points sur lesquels être attentifs pour bien choisir et utiliser les couches lavables.

En ce qui concerne la santé du nourrisson :

  • Afin d’éviter d’éventuels résidus de pesticides ou de traitements chimiques du textile, tournez-vous vers des textiles biologiques ou certifiés Oeko-Tex pour la partie absorbante.
  • Pour limiter l’exposition aux substances problématiques : Évitez l’utilisation d’huiles essentielles, préférez une lessive éco labelisée sans parfum et sans assouplissant.
  • Pour éviter le développement de moisissures et bactéries, stockez les couches sales à sec, laver les parties absorbantes à 60°C, veillez à ce que les couches propres soient bien sèches avant de les ranger, et préférez pour cela un endroit sec et aéré.
  • Enfin, il est important (tout comme pour l’utilisation de couches jetables) d’encourager les changes fréquents afin de réduire le risque d’érythème fessier.

De plus, en ce qui concerne l’impact environnemental : [3]

  • Il est important de laver les couches en machine « pleine », avec le reste du linge de la famille, de respecter les conseils de températures de lavage (60°C pour la partie absorbante et 30 à 40°C pour la partie imperméable) et de laisser sécher les couches à l’air libre (éviter l’utilisation du sèche-linge).
  • Orientez éventuellement vers des couches de seconde main et vers une ré-utilisation pour la fratrie.

[1] Sécurité des couches pour bébé. Avis révisé de l’ANSES. Rapport d’expertise collective. Janvier 2019 https://www.anses.fr/fr/system/files/CONSO2017SA0019Ra.pdf

[2] https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/substances-chimiques-dans-les-couches-pour-bebes-la-derniere-enquete-de-la-dgccrf-confirme

[3] Etude technico-économique et environnementale pour la promotion de l’utilisation de changes lavables dans les structures d’accueil de la CUS et du Bas-Rhin, Chantier d’application ECO-Conseil, 2010 http://www.ademe.fr/alsace/projets-DR/pages-infos.html

Mis en ligne février 2022

Posted in: FAQ

Que penser des vêtements anti-UV et comment les choisir ?

La dangerosité des rayons du soleil est bien connue et en particulier concernant les enfants. En effet le mélanome (l’un des cancers de la peau les plus dangereux) résulte d’une exposition trop importante au soleil, notamment dès l’enfance. Il existe une corrélation entre la fréquence et la sévérité des coups de soleil reçus dans l’enfance et le risque de mélanome.

Santé publique France recommande ainsi de :

  • Préférer rester à l’ombre, en particulier entre 12h et 16h en France métropolitaine et 11h et 15h dans les DROM (Départements et Régions d’Outre-Mer) dès que l’indice UV est supérieur à 3.
  • Porter :
    • des vêtements couvrants (tee-shirt ou chemise avec des manches et un bas arrivant en dessous du genou au moins),
    • un chapeau à large rebord,
    • des lunettes de soleil avec filtre anti UV
  • Pour les parties découvertes, ou s’il n’est pas possible de rester à l’ombre, appliquer généreusement de la crème solaire.
  • Ne jamais exposer un bébé de moins de 2 ans au soleil.
  • Etre vigilant à l’exposition au soleil pendant la grossesse, qui peut provoquer une hyperpigmentation de la peau (le « masque de grossesse » ou une ligne brune sur le ventre).

Retrouvez le détail de toutes les recommandations sur le lien suivant : https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2020/les-risques-de-l-ete-quelques-precautions-a-prendre

 

Dans ce cadre, que penser des vêtements anti-UV ?

Ce sont des vêtements fabriqués dans des textiles qui respectent les normes européennes de protection solaire.

Le caractère anti-UV d’un vêtement résulte de plusieurs facteurs : la construction dense avec un tissage serré du textile, la composition des fils (le polyester est plus efficace que le coton), le poids du tissu (un tissu lourd et épais protège mieux), sa couleur (les couleurs foncées ou vives bloquent mieux les rayons UV) ou encore l’ajout d’un additif pour augmenter son efficacité.

Plusieurs processus existent pour conférer à un textile une protection anti-UV : la conception d’un maillage très serré, l’imprégnation du tissu par un filtre anti-UV ou encore l’ajout de particules de céramiques ou de dioxyde de titane à la fibre textile.

Les vêtements anti-UV doivent répondre à des normes d’efficacité. L’UPF (Ultra Violet Protection Factor) doit être indiqué sur le vêtement, il s’agit du niveau de protection du textile et plus exactement la proportion des UV bloqués.

Par exemple, pour l’UPF 50+ :  le textile bloque au minimum 95 % des UVA et 98 % des UVB  

Plusieurs normes d’efficacité existent. Parmi elles, UV-Standard 801 certifie les qualités anti-UV des produits textiles en conditions d’utilisation intensives « réelles » (produits lavés, humidifiés et étirés). Cette norme semble ainsi être la plus favorable aux utilisateurs.

En effet, plus un tissu est mouillé, distendu ou vieilli, plus sa protection contre les rayons UV sera diminuée.

En conclusion, les mesures classiques de protection du soleil citées plus haut restent les plus importantes à appliquer. Les vêtements anti-UV peuvent être utiles en apportant une protection supplémentaire. Pour cela, vérifiez qu’ils assurent au minimum une protection UPF50 + (dans l’idéal certifié par UV-Standard 801). Privilégiez des vêtements anti-UV dont l’efficacité est garantie grâce à un tissage serré, sans traitement chimique. Le label de qualité Oeko-tex peut être un « plus ».

Il est nécessaire de renouveler régulièrement les vêtements anti-UV car leur efficacité peut diminuer lorsqu’ils sont vieillis ou distendus.

Si vous préférez vous en tenir aux vêtements classiques, tournez-vous vers un vêtement foncé, au tissage serré, en polyester plutôt qu’en coton, et non distendu (plutôt ample). En effet, l’UPF d’un T-shirt blanc en coton est compris entre 4 et 15 alors qu’un T-shirt noir neuf peut atteindre 50.

Dans tous les cas, veillez à ce que les enfants de moins de 2 ans ne soient jamais exposés au soleil.

Posted in: FAQ