Rapport de l’étude ESTEBAN – Imprégnation par le plomb des Français

 Il y a une dizaine d’année, l’Etude Nationale Nutrition Santé (ENNS) et Saturn-Inf ont permis d’évaluer respectivement l’imprégnation par le plomb des adultes et celle des enfants. Afin d’actualiser les données, Santé Publique France a réalisé entre avril 2014 et mars 2016 l’étude ESTEBAN, qui a ciblé la population française globale.

Des plombémies ont été réalisées sur les participants afin d’évaluer leur imprégnation. L’étude ESTEBAN a permis de constater une baisse de l’imprégnation par le plomb depuis les études précédentes, attribuable aux stratégies de réduction de l’exposition au plomb mises en place, comme l’interdiction de l’essence plombée.

D’autre part, l’étude ESTEBAN a permis de distinguer les facteurs de risque de plombémie actuels. Ceux-ci demeurent les mêmes que ceux décrits dans les précédentes études, à savoir :
-la consommation d’eau du robinet
-le tabagisme
-la consommation de boissons alcoolisées
-l’ancienneté du logement
-la consommation de pain et de produits de la panification
-la consommation de crustacés et de coquillages
-une activité professionnelle, passée ou présente, impliquant une exposition au plomb. A noter que lorsque leurs parents étaient exposés au plomb dans le cadre de leur activité professionnelle, l’imprégnation par le plomb des enfants était en moyenne 9,1% supérieure à celle des autres enfants.

Ainsi, on constate que bien que l’imprégnation de la population française ait diminué et que des mesures aient été prises (comme le traitement de l’eau du robinet en vue de réduire sa teneur en plomb), les sources d’exposition au plomb persistent dans le temps. La persistance de l’exposition s’explique aussi par la très forte persistance du plomb dans l’environnement, en tant que métal. En effet, contrairement à d’autres polluants, le plomb ne se dégrade pas au fil du temps.

Rappelons qu’aucun seuil de toxicité n’est à ce jour défini pour le plomb, car même un faible niveau d’imprégnation est susceptible d’effets sanitaires néfastes, notamment chez l’enfant. C’est pourquoi la surveillance de l’imprégnation par le plomb de la population française ainsi que la réduction des sources d’exposition (impliquant leur identification rigoureuse) demeurent un enjeu de santé publique. Et ce même si l’imprégnation des Français a diminué.

Téléchargez le rapport complet sur https://www.santepubliquefrance.fr/docs/impregnation-de-la-population-francaise-par-le-plomb.-programme-national-de-biosurveillance-esteban-2014-2016

Pollution des espaces extérieurs au plomb : avis de l’Anses

Emises par les sites industriels ou artisanaux, ou accidentellement comme ce fut le cas lors de l’incendie de Notre-Dame de Paris en avril 2019, puis transportées par l’air, les poussières contaminées au plomb se déposent sur le mobilier urbain, les voiries ou encore les aires de jeux extérieurs. Les particules peuvent aussi contaminer l’air en raison de l’érosion ou du lessivage d’éléments architecturaux contenant du plomb. Au vu des éléments disponibles, l’Agence a déterminé que les espaces extérieurs étaient donc des lieux d’exposition au plomb notables. Faute de donnée suffisantes et de modèles de calculs adaptés, il n’est cependant pas possible pour le moment d’estimer la contribution de cette exposition à l’exposition générale au plomb, d’où l’importanec de mener des travaux dans ce sens.

L’exposition aux poussières contaminées au plomb peut se faire par inhalation ou ingestion. Pour l’Anses, l’ingestion est la voie d’exposition la plus fréquente. L’Anses avertit que les enfants sont particulièrement concernés par ce risque d’exposition, de par leur fréquentation d’espaces potentiellement contaminés (comme les aires de jeux) et leur plus grande tendance à porter leurs mains à la bouche. Certains professionnels (par exemple, les agents d’entretien municipaux) sont également tout particulièrement susceptibles d’être exposés au plomb dans les espaces extérieurs;

L’Anses a émis plusieurs recommandations pour réduire les risques sanitaires pour la population. Pour limiter l’exposition par ingestion des poussières contaminées, l’Agence encourage tout d’abord au respect des gestes de prévention conseillés par le Haut Conseil de Santé Publique en 2017. Il s’agit par exemple de se laver fréquemment les mains ou se déchausser pour limiter le transport de poussières dans les logements. L’Anses conseille aussi de faire des plombémies régulières, et ce tout particulièrement pour les populations les plus vulnérables comme les enfants. L’Agence préconise d’autre part de mettre à jour les valeurs biologiques de référence, conformément à son avis de juillet 2019. Pour finir, l’Anses conseille un suivi médical renforcé pour les travailleurs présentant des risques particuliers d’exposition au plomb.

Retrouvez l’avis complet sur https://www.anses.fr/fr/system/files/AIR2019SA0147.pdf, et sa synthèse sur https://www.anses.fr/fr/content/exposition-au-plomb-dans-les-espaces-ext%C3%A9rieurs