Ateliers « Grandir au naturel »

Ces ateliers à destination des femmes enceintes et jeunes parents visent à informer les participants des polluants du quotidien présents dans les produits cosmétiques... Il s'agit de sensibiliser et de donner des alternatives aux parents afin de préserver l'enfant à venir et lors de ses premières années, période de vulnérabilité importante aux substances chimiques et aux perturbateurs endocriniens.

Que penser des vêtements anti-UV et comment les choisir ?

La dangerosité des rayons du soleil est bien connue et en particulier concernant les enfants. En effet le mélanome (l’un des cancers de la peau les plus dangereux) résulte d’une exposition trop importante au soleil, notamment dès l’enfance. Il existe une corrélation entre la fréquence et la sévérité des coups de soleil reçus dans l’enfance et le risque de mélanome.

Santé publique France recommande ainsi de :

  • Préférer rester à l’ombre, en particulier entre 12h et 16h en France métropolitaine et 11h et 15h dans les DROM (Départements et Régions d’Outre-Mer) dès que l’indice UV est supérieur à 3.
  • Porter :
    • des vêtements couvrants (tee-shirt ou chemise avec des manches et un bas arrivant en dessous du genou au moins),
    • un chapeau à large rebord,
    • des lunettes de soleil avec filtre anti UV
  • Pour les parties découvertes, ou s’il n’est pas possible de rester à l’ombre, appliquer généreusement de la crème solaire.
  • Ne jamais exposer un bébé de moins de 2 ans au soleil.
  • Etre vigilant à l’exposition au soleil pendant la grossesse, qui peut provoquer une hyperpigmentation de la peau (le « masque de grossesse » ou une ligne brune sur le ventre).

Retrouvez le détail de toutes les recommandations sur le lien suivant : https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2020/les-risques-de-l-ete-quelques-precautions-a-prendre

 

Dans ce cadre, que penser des vêtements anti-UV ?

Ce sont des vêtements fabriqués dans des textiles qui respectent les normes européennes de protection solaire.

Le caractère anti-UV d’un vêtement résulte de plusieurs facteurs : la construction dense avec un tissage serré du textile, la composition des fils (le polyester est plus efficace que le coton), le poids du tissu (un tissu lourd et épais protège mieux), sa couleur (les couleurs foncées ou vives bloquent mieux les rayons UV) ou encore l’ajout d’un additif pour augmenter son efficacité.

Plusieurs processus existent pour conférer à un textile une protection anti-UV : la conception d’un maillage très serré, l’imprégnation du tissu par un filtre anti-UV ou encore l’ajout de particules de céramiques ou de dioxyde de titane à la fibre textile.

Les vêtements anti-UV doivent répondre à des normes d’efficacité. L’UPF (Ultra Violet Protection Factor) doit être indiqué sur le vêtement, il s’agit du niveau de protection du textile et plus exactement la proportion des UV bloqués.

Par exemple, pour l’UPF 50+ :  le textile bloque au minimum 95 % des UVA et 98 % des UVB  

Plusieurs normes d’efficacité existent. Parmi elles, UV-Standard 801 certifie les qualités anti-UV des produits textiles en conditions d’utilisation intensives « réelles » (produits lavés, humidifiés et étirés). Cette norme semble ainsi être la plus favorable aux utilisateurs.

En effet, plus un tissu est mouillé, distendu ou vieilli, plus sa protection contre les rayons UV sera diminuée.

En conclusion, les mesures classiques de protection du soleil citées plus haut restent les plus importantes à appliquer. Les vêtements anti-UV peuvent être utiles en apportant une protection supplémentaire. Pour cela, vérifiez qu’ils assurent au minimum une protection UPF50 + (dans l’idéal certifié par UV-Standard 801). Privilégiez des vêtements anti-UV dont l’efficacité est garantie grâce à un tissage serré, sans traitement chimique. Le label de qualité Oeko-tex peut être un « plus ».

Il est nécessaire de renouveler régulièrement les vêtements anti-UV car leur efficacité peut diminuer lorsqu’ils sont vieillis ou distendus.

Si vous préférez vous en tenir aux vêtements classiques, tournez-vous vers un vêtement foncé, au tissage serré, en polyester plutôt qu’en coton, et non distendu (plutôt ample). En effet, l’UPF d’un T-shirt blanc en coton est compris entre 4 et 15 alors qu’un T-shirt noir neuf peut atteindre 50.

Dans tous les cas, veillez à ce que les enfants de moins de 2 ans ne soient jamais exposés au soleil.

Posted in: FAQ

Webinaire : Prévenir les expositions aux polluants environnementaux pendant la période périnatale

L’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, la Mutualité Française Auvergne-Rhône-Alpes et l’APPA, en partenariat avec les réseaux de périnatalité de la région Auvergne-Rhône-Alpes, organisent un webinaire à destination des professionnels de santé de la région pour leur présenter le projet FEES ainsi qu’une sensibilisation sur la thématique « santé environnementale et périnatalité ». Ce webinaire sera ainsi l’occasion de détailler les « 10 conseils à transmettre pour limiter l’exposition des femmes enceintes et des nourrissons aux polluants environnementaux ».

 

Pour s’inscrire, rendez-vous ici

Retour sur les webinaires à destination des professionnels du 93

Au cours du premier semestre 2021, le projet FEES a étendu ses actions en Ile-de-France en proposant des temps de sensibilisation et de formation  aux professionnels de santé du département de la Seine Saint Denis. Pour mener cette action, l’APPA et la Mutualité Française Ile-de-France (co-porteurs du projet sur le territoire) ont pu compter sur le soutien de plusieurs partenaires dont le réseau Naître dans l’Est Francilien (NEF), l’APHP 93, la PMI du 93, ainsi que sur le financement de l’ARS 93. 

Pour débuter les interventions sur le territoire, deux webinaires SANTÉ – ENVIRONNEMENT – PÉRINATALITÉ ont été proposés: les 15 avril et 04 mai 2021

Ces deux temps forts ont rassemblé 82 professionnels, dont 28 personnes exercent dans le département de la Seine Saint Denis. 

L’objectif de la mise en place de ces webinaires résidait dans la sensibilisation des professionnels de santé à la question de la santé environnementale en période périnatale. Ainsi, les enjeux relatifs à cette question ont été soulevés, des conseils pour réduire l’exposition aux polluants environnementaux ont été donnés, et des outils et supports de prévention ont été présentés. 

Trente et une personnes ont répondu au questionnaire d’évaluation e : 

  • 93,5% jugent le webinaire utile pour leur pratique professionnelle ;
  • 100% des répondants sont capables de citer au moins un conseil à l’issue du webinaire ; 
  • 90,3% souhaitent approfondir leur connaissances sur cette thématique. 

Ces temps d’informations marquaient ainsi le début du projet dans le territoire, puisque des formations vont être proposées aux professionnels de santé qui souhaitent aller plus loin. La première session a d’ailleurs pu être menée en distanciel les 21 et 22 juin dernier, en partenariat avec le réseau NEF. 

 

Retrouvez toutes les offres de formations de la région

Le liniment pour la toilette du siège, est-ce une bonne idée ?

Dans la pharmacopée, le liniment calcaire est défini comme une préparation composée de 50% d’une solution d’hydroxyde de calcium (eau de chaux) et de 50% d’huile d’olive vierge. La fonction de l’hydroxyde de calcium est d’être un agent neutralisant et celle de l’huile d’olive d’être un adoucissant. Le liniment calcaire est destiné à un usage dermatologique émollient et protecteur.

Produit simple et peu couteux, il a été largement plébiscité ces dernières années ? conduisant à des mésusages. On fait donc le point sur le liniment.

Un produit sans tensioactif

Ce n’est pas un produit détergent car il ne contient pas de tensioactif. S’il est utilisé à la place d’un nettoyant, il peut favoriser la prolifération de levures[1]. Le « nettoyage » réalisé quand on utilise du liniment n’est pas dû au produit mais à l’action mécanique du coton sur les fesses de l’enfant. Il ne peut donc pas se substituer à un nettoyage avec un savon doux.

Cependant, c’est un produit intéressant pour des changes occasionnels, notamment souillé d’urine. En effet, le côté pratique du liniment rend son usage aisé en dehors du domicile. De plus, le pH alcalin de l’eau de chaux va venir neutraliser l’acidité de l’urine et le pouvoir filmogène de l’huile d’olive protégera la peau en l’isolant de l’urine et des selles. Dernier argument, il n’est pas irritant contrairement à bon nombre de lingettes jetables.

Un produit sans rinçage

Applications fréquentes, sur une grande surface de peau et dans une zone humide et sous occlusion, il convient d’être particulièrement vigilant aux cosmétiques appliqués sur le siège de bébé. Or le liniment est un produit sans rinçage. Ainsi son temps de contact avec l’épiderme est plus important qu’un produit rincé, facilitant le passage de ses composants à travers la barrière cutanée. C’est une des raisons pour lesquelles, il est recommandé d’utiliser plutôt de l’eau claire et éventuellement un savon surgras sur cette zone.

En effet, même si initialement le liniment ne se compose que de deux ingrédients, il n’est pas rare de rencontrer des liniments contenant pas moins de 10 ingrédients. De plus, souvent conditionné dans des flacons en plastique, le caractère gras du liniment (50% d’huile d’olive) pourrait favoriser la migration de contaminants du contenant vers le contenu.

Utiliser uniquement sur la zone du siège

Le liniment peut provoquer de l’acné s’il est appliqué sur le visage et des folliculites si on l’utilise sur le corps. En effet, l’huile d’olive qui le compose est comédogène[2].

Utiliser uniquement sur une peau saine

Dès lors que l’enfant présente un érythème fessier, il faut cesser d’y appliquer du liniment. On se contentera alors d’eau clair en prenant soin de bien sécher et de tenter de laisser au maximum les fesses de bébé à l’air.

Une préparation qui se déphase

Le faire soi-même semble a priori une bonne idée pour s’assurer d’une composition correcte. Or le mélange eau de chaux et huile d’olive a tendance à se déphaser naturellement et c’est l’eau de chaux qui se présente alors en premier. Or celle-ci a des propriétés corrosives. Le risque est de provoquer des brûlures cutanées[3]. Il est donc préférable d’opter pour un liniment stabilisé prêt à l’emploi.

Conseils :

  • Privilégier pour la toilette du siège l’eau claire + / – le savon surgras (en cas de selles),
  • Bien sécher les fesses de bébé et changer régulièrement ses couches pour prévenir l’apparition d’érythème fessier,
  • Utiliser le liniment occasionnellement sur le siège, notamment quand il n’y a pas d’accès à l’eau,
  • Choisir un liniment oléo-calcaire prêt à l’emploi, stabilisé, avec une liste courte d’ingrédients et si possible labellisé.

[1] Korsaga-Somé N, Maruani A, Nadal M, Dannepond C, Le Bidre E. Acné et folliculites du nourrisson liées à un mésusage du liniment oléo-calcaire. 2015

[2] Korsaga-Somé N, Maruani A, Nadal M, Dannepond C, Le Bidre E. Acné et folliculites du nourrisson liées à un mésusage du liniment oléo-calcaire. 2015

[3] AFFSAPS  – Bulletin des vigilances n°42 – Décembre 2010

Publié le 03.08.2021

Posted in: FAQ

J’ai lu que le fait de faire cuire les fruits et les légumes enlevait une grande partie des résidus de pesticides. Est-ce vrai ?

Les pesticides sont des substances chimiques dont la terminaison en « cide » indique qu’ils ont pour fonction de tuer des êtres vivants. Ce sont donc des produits toxiques pour leur cible à savoir les champignons pour les fongicides, les insectes pour les insecticides, les herbes pour les herbicides etc… Mais malheureusement ils présentent également un risque toxique pour certains organismes qu’ils ne ciblent pas et notamment pour l’homme comme le montrent de nombreuses études en particulier chez les agriculteurs qui constituent la population la plus exposée.

La cohorte Pelagie a mis en lumière par exemple un accroissement du risque de troubles congénitaux (fentes orales et hypospadias) chez des nouveau-nés de mères travaillant en milieu agricole, horticole, dans les serres ou en médecine vétérinaire (Chevrier C et al ; 200).

Les mêmes observations ont été faites à Montpellier dans un échantillon de 1442 nouveau-nés issus de familles d’agriculteurs.  Les anomalies concernaient cette fois-ci des hypospadias, des cryptorchidies et des micropénis (Gaspari L et al ; 2011).

Toutes ces observations ont étés constatées chez des femmes exposées aux pesticides de par leur activité professionnelle et donc pour une exposition importante mais qu’en est-il pour une exposition minime chronique par l’alimentation en population générale ?

Très récemment l’EFSA a réalisé deux études visant à évaluer les risques de l’exposition chronique aux résidus de pesticides par l’alimentation, d’une part pour le fonctionnement du système nerveux, et d’autre part pour les fonctions thyroïdiennes.

D’après les résultats de ces études l’EFSA indique que le risque pour le consommateur d’une exposition cumulée par l’alimentation est inférieur au seuil qui requiert une action réglementaire et ce pour tous les groupes de populations couverts (de l’enfant en bas-âge à l’adulte).

Malgré ces derniers résultats très rassurants, au vu de la fragilité de notre public cible et au vu des impacts sanitaires préoccupants que nous avons cités plus haut il semble primordial d’appliquer le principe de précaution et donc de limiter au maximum l’exposition des femmes enceintes et des très jeunes enfants aux résidus de pesticides par la voie alimentaire.

Mais alors comment s’y prendre ?

Tout d’abord et c’est maintenant bien connu du grand public en lavant, frottant et épluchant les fruits et légumes.

Et les modes de cuisson alors ? Ont-ils tous la même efficacité sur les résidus de pesticides ?

Une revue de la littérature belge parue en 2009 concluait que dans la majorité des cas cuire les fruits et légumes réduisait les résidus de pesticides. (Keikhotlhaile BM et al, 2009).

Si l’on regarde les choses d’un peu plus près il semblerait que la diminution des résidus de pesticides soit dépendante de plusieurs paramètres :

–          la localisation physique des résidus de pesticides

–          leurs propriétés physico-chimiques telles que leur solubilité ou leur volatilité

–          leurs caractère hydrophile ou lipophile

–          leurs dégradation thermique.

C’est ainsi par exemple qu’une étude sino-américaine de 2015 (Huan Z et al ;2015) a montré que le blanchiment (le fait de faire cuire à 100 degrés pendant 1 minutes puis à 10 degrés pendant 1 minute) réduisait les résidus de pesticides hydrophiles mais qu’à l’inverse cela pouvait entrainer une concentration des résidus de pesticides lipophiles notamment lorsque l’on utilisait un système de cuisson ouvert.

Une étude Polonaise en 2018 a montré également une concentration des résidus de pesticides lipophiles après ébouillantage dans un système de cuisson ouvert sur les fraises et les cassis. (Jankowska M. et al ; 2018)

En conclusion on peut être rassurant : les résidus de pesticides dans leurs grandes majorités diminuent la plupart du temps lors de la cuisson.

Si l’on souhaite aller plus loin on peut également recommander d’utiliser des systèmes de cuisson fermés lorsque l’on fait mijoter afin d’être certain de ne pas risquer de concentrer certains résidus de pesticides.

 

Publié le 29.07.2021

Posted in: FAQ

Je suis enceinte et je souhaite me colorer les cheveux. Est-ce une bonne idée ?

Il existe deux familles de teintures capillaires. La première, la coloration chimique, utilise une base, souvent l’ammoniaque, qui ouvre les écailles du cheveu pour y faire pénétrer les pigments synthétiques. La couleur rentre dans la fibre capillaire et la colore pour longtemps mais en l’abîmant. En revanche, la coloration végétale ne rentre pas dans le cheveu mais l’enveloppe et le gaine. Elle est moins agressive.

La coloration chimique utilise de nombreux ingrédients synthétiques qui peuvent entraîner des irritations du cuir chevelu et des problèmes d’allergies (paraphénylène diamine ou PPD, p-aminophénol, thiazolinones…), des brûlures cutanées ou encore des dérèglements hormonaux dus aux perturbateurs endocriniens (résorcinol) qui entrent dans leurs compositions. Cette technique est bien évidemment à éviter ; que l’on soit enceinte ou non.

Les colorations végétales étant constituées de poudres de plantes, elles sont plus saines. Leur action est certes temporaire, mais plus douce pour les cheveux. Différentes plantes peuvent être utilisées : le henné (Lawsonia inermis), l’indigo (Indigofera Tinctoria), le brou de noix (Juglans regia), la camomille (Matricaria recutita), la garance (Rubia Tinctorum)… Les extraits végétaux (racines, fleurs, feuilles et parfois écorce) sont séchés puis broyés finement pour obtenir une poudre, que l’on mélangera à de l’eau. Cette pâte est ensuite appliquée consciencieusement sur l’ensemble de la chevelure et nécessite un temps de pause d’environ 1h30-3h00. Le rinçage se fait à l’eau et est suivi d’un shampoing doux. Une couleur au henné s’estompe naturellement en deux à trois mois. Conseil : 48h avant l’application faites un test d’allergie dans le creux du coude pour vérifier votre tolérance à la teinture végétale choisie.

Mais attention, même avec une coloration végétale il faut être vigilant sur la composition et s’assurer de la « pureté » du produit. Le terme « végétal » n’est pas encadré. Certaines marquent jouent sur la confusion et leurs produits peuvent contenir les substances toxiques mentionnées plus haut. Pour vous aider, recherchez bien sur les emballages la présence des labels officiels : Ecocert, Cosmébio, BDIH…

 

FOCUS : vous êtes enceinte et travaillez dans un salon coiffure ? N’hésitez pas à en parler à la médecine du travail car vous pouvez bénéficier de certains aménagements de votre poste. Plus d’infos : https://www.inrs.fr/metiers/commerce-service/coiffure/coiffure-solutions

 

Publié le 29.07.2021

Posted in: FAQ

J’ai entendu dire qu’il fallait laver les vêtements neufs avant de les porter, pourquoi ?

Chaque année, un Français achète en moyenne 9 kg de vêtements. Ce chiffre est croissant car les enseignes de « fast fashion proposent jusqu’à une vingtaine de collections différentes par an selon les marques. Les prix sont attractifs mais la qualité n’est pas au rendez-vous. Les conditions sociales et environnementales de fabrication sont souvent catastrophiques. La mode pour les plus petits n’est pas épargnée.

Cette industrie est l’une des plus polluantes au monde. Coton, lin, fibres alternatives… leurs cultures sont très gourmandes en eau, engrais et pesticides. Le polyester, une sorte de fil plastique, est fabriqué à partir de combustibles fossiles et non biodégradables. Lors du lavage en machine, des microparticules plastiques sont relarguées dans les milieux aquatiques.

Pour colorer les vêtements, plus de 1 900 produits chimiques sont utilisés par l’industrie de la mode (filature, tissage, teinture, brillance…) dont 165 classés par l’Union européenne comme dangereux pour la santé ou l’environnement. Dans les pays en développement où sont fabriqués bon nombre des vêtements occidentaux, la législation est souvent mal appliquée ou absente et les eaux usées sont rejetées sans filtre vers les cours d’eau naturels.

Parfois les industriels incorporent dans les tissus des traitement spécifiques pour leur conférer des propriétés anti-bactériennes, anti-odeurs, infroissables… Il s’agit de substances problématiques comme par exemple des nanoparticules d’argent ou des perfluorés.

Comble de tout cela, plus de 30 % de nos vêtements ne sont pas portés depuis au moins un an. Quand on s’en débarrasse plus de la moitié ne sont pas recyclés et finissent en déchets.

Voici quelques conseils pour faire attention à sa santé et à la planète :
– Se questionner avant d’acheter : simple envie ou réel besoin ?
– Impératif : toujours laver les vêtements neufs avant de les porter ;
– Évitez les motifs et imprimés en plastique : ils peuvent contenir des phtalates ;
– Faites attention aux allégations anti-bactériennes, anti-odeurs, infroissables ;
– Pour les plus petits privilégiez le coton, bio de préférence ;
– Pensez aux vêtements d’occasion car les substances néfastes seront beaucoup moins présentes que dans des habits neufs.
– Recherchez certains labels, notamment pour les habits en contact direct avec la peau (bodys, sous-vêtements, collants…) : comme Oeko-Tex®, Nordic Ecolabel®, ou encore Ecolabel Européen.

 

Mis en ligne le 29.07.2021

Posted in: FAQ

25 mars 2021 – Journée Nationale FEES

Le 25 mars 2021 s’est tenue la 1ère Journée Nationale FEES initiée dans le cadre du projet Femmes Enceintes Environnement et Santé, l’APPA (Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique) et en lien étroit avec les Unions Régionales de la Mutualité Française partenaires du projet.

Près de 300 personnes étaient connectées tout au long de la journée.

Autour d’interventions de qualité, les participants ont pu découvrir le projet FEES et approfondir leurs connaissances en santé environnementale. Cette journée était également l’occasion de mettre à l’honneur des professionnels formés au projet FEES venus partager avec enthousiasme leurs actions de sensibilisation menées auprès des professionnels de santé ou des futurs et jeunes parents.

Les nouveaux outils de sensibilisation à destination notamment des publics les plus vulnérables, la nouvelle affiche FEES ainsi que le livret « Notre environnement, Notre bébé, Sa santé » ont pu être présentés à cette occasion et sont disponibles en consultation et en téléchargement sur la page Outils FEES.

Ce colloque a bénéficié du soutien financier de Santé Publique France. Plus de 40 partenaires participent au projet FEES dans les régions dans lesquelles il est déployé.

Retour en vidéos

La qualité de l'air intérieur, le bricolage et l'aménagement
Quel(s) produit(s) pour une maison propre ?
Que penser du liniment oléo-calcaire ?
Les nouveaux outils : le livret et l'affiche
Exposition aux pesticides pendant la période périnatale
Retour d’expérience de l’URPS Médecins Libéraux Hauts-de-France

26 Juin 2020 : Webinaire 10 conseils pour les « 1000 premiers jours » réussis

La période des 1000 jours, qui débute lors de la conception de l’enfant et se poursuit jusqu’à ses deux ans, est déterminante. Elle influence son développement et, par conséquent, sa santé de futur adulte. Il est donc particulièrement important de guider les futurs et nouveaux parents pendant cette période. La clé est d’impulser chez eux des habitudes de vie et de consommation pour maintenir des environnements favorables au développement harmonieux du fœtus et du nouveau-né.

Découvrez lors de cette conférence comment limiter l’exposition des femmes enceintes et des jeunes enfants aux polluants environnementaux.

Intervenants :

Olivier Bugnard est sage-femme et échographiste. Depuis 2019, il est également chargé de projets pour l’Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique sur le projet
« Femmes Enceintes Environnement et Santé » dans les Hauts-de-France. Ce projet a pour objectif de former les professionnels sur la santé des femmes enceintes et des nourrissons.

Pierre-Yves Cardon est docteur en écotoxicologie et chargé de projets à l’Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique Grand-Est. Il travaille depuis 2019 sur le projet Femmes Enceintes Environnement et Santé.