Exposition aux polluants domestiques : nouveaux résultats du programme Esteban

De nouveaux résultats du programme Esteban (étude nationale menée de 2014 à 2016 sur un échantillon de 1104 enfants âgés de 6 à 17 ans et de 2503 adultes âgés de 18 à 74 ans), ont été récemment publiés dans Environment International.

 Les données d’imprégnation recueillies ont permis de mettre en évidence six familles de substances chimiques à travers les biomarqueurs retenus pour l’étude (bisphénols (A, S et F), phtalates, retardateurs de flammes, perfluorocarbures, parabènes et les éthers de glycol). Les auteurs ont également mis en évidence certains mécanismes d’exposition.  Parmi les produits les plus fréquemment observés, les bisphénols A, S et F ont été retrouvés dans quasiment tous les échantillons testés, avec une concentration plus importante pour le bisphénol A ; des métabolites de phtalates ont été observées dans 80 à 99% des échantillons.

Les auteurs de l’étude précisent que les concentrations et les déterminants observés, pour les 6 familles de produits, confirment ceux d’autres études européennes et américaines sur le même sujet. Ils précisent cependant qu’en comparaison d’études antérieures, l’alimentation tout en restant importante n’est pas l’unique source d’exposition et que le tabac, les produits de maquillage et de beauté, le temps passé en voiture ou la présence de VMC dans les logements sont des facteurs qui modulent beaucoup les concentrations.

Références : Fillol C., Oleko A., Saoudi A., et al., 2021 : Exposure of the French population to bisphenols, phthalates, parabens, glycol ethers, brominated flame retardants, and perfluorinated compounds in 2014–2016: Results from the Esteban study [En ligne] Environment International, vol.147

https://doi.org/10.1016/j.envint.2020.106340

Présence de microplastiques dans des placentas de femmes enceintes

Des chercheurs italiens ont mis en évidence la présence de microplastiques dans des placentas de femmes enceintes. Sur les six placentas étudiés, quatre possédaient des traces de microplastiques d’une taille comprise entre 5 et 10 micromètres. Ces particules ont été retrouvées via une technique de microspectroscopie dans les parties maternelles, fœtales et dans la membrane amniochoriale de l’organe.

L’étude, parue dans la revue Environment International, est la première démontrant la présence de telles particules dans le placenta de femmes enceintes. Les effets sur la santé de la présence de ces particules sont encore mal connus mais une influence sur la croissance du fœtus et un risque de perturbation endocrinienne ne sont pas à exclure. Les particules retrouvées étant de différentes couleurs, les chercheurs indiquent que ces polluants peuvent provenir de sources variées : peintures, adhésifs, emballages ou encore cosmétiques.

De nouvelles études sur le sujet sont souhaitées afin de confirmer la découverte. De même, la taille de ces microplastiques permet en théorie une circulation dans le sang et de nouveaux travaux sont nécessaires pour pouvoir affirmer si ces particules se déplacent du placenta vers le fœtus.

Références : Ragusa A., Svelato A., Santacroce ., et al., 2021 : Plasticenta: First evidence of microplastics in human placenta [En ligne] Environmental International, vol.146
https://doi.org/10.1016/j.envint.2020.106274

26 novembre 2020: Webinaire FHU « 1000 jours pour la santé »

La journée « 1000 jours pour la santé » du Projet Fédératif Hospitalo Universitaire – FHU est organisée cette année le 26 novembre 2020 de 13 à 18 heures, sous forme de Webinaire.

Comme les années précédentes, elle est gratuite et ouverte à tous: professionnels et grand public.

Pour y assister, il suffit de se connecter à la plateforme via ce lien:  www.devenirparentsen2020-live.fr

 

Pour plus d’informations sur le Projet Fédératif Hospitalo Universitaire, cliquez ici

Liens entre pollution de l’air et anomalies congénitales

Les anomalies congénitales sont des défauts structurels ou fonctionnels du corps et sont des causes de mortalité prématurée et néonatale, de morbidité chronique et d’incapacité de l’enfant. Ces anomalies peuvent être d’origine génétique, infectieuse ou environnementale mais ces causes restent encore difficiles à déterminer.

Cette étude s’intéresse au possible lien entre exposition à la pollution atmosphérique durant la grossesse et risque de développement d’anomalies congénitales chez l’enfant. La méthode utilisée est celle d’une revue systématique de 26 études épidémiologiques sur le sujet. Une méta-analyse est ensuite effectuée à chaque fois qu’un polluant est associé à un certain type d’anomalie dans trois études au minimum.

Cette méthodologie a permis de dégager trois associations significatives :
– Les malformations cardiaques et l’exposition au dioxyde d’azote (NO2), provenant essentiellement de la combustion d’énergies fossiles.
– Les problèmes oro-faciaux et l’exposition au dioxyde de soufre (SO2).
– Les complications cardiaques, dans une moindre mesure la malformation des membres, avec l’exposition aux particules fines (PM2,5 et PM10).

Ces conclusions soulignent ainsi l’influence des polluants atmosphériques sur la santé et notamment le rôle possible sur des malformations du nouveau-né. Les chercheurs appellent à continuer les travaux sur ce sujet afin de mieux caractériser les types d’expositions aux polluants et de mieux appréhender les facteurs de confusion.

Références : Ravindra K., Chanana N., Mor S., 2020 : Exposure to Air Pollutants and Risk of Congenital Anomalies: A Systematic Review and Metaanalysis. [En ligne] Science of The Total Environment
Accessible (en accès payant) : https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2020.142772

Exposition au bisphénol A et asthme infantile

Dans les modèles animaux, le bisphénol A (BPA) est responsable d’induction d’inflammation bronchique et asthme. L’étude a eu pour objectif de savoir si cette relation se confirme dans l’espèce humaine.

L’étude a inclus 148 enfants asthmatiques âgés de 5 à 17 ans, issus de familles de bas niveau socio-économique (seules 14% des familles avaient une assurance médicale privée) dans la ville de Baltimore aux Etats-Unis. Ces enfants souffrent d’un asthme mal contrôlé (passage aux urgences dans l’année précédente chez 81% des enfants) malgré la prise d’un traitement de fond chez 71% des enfants. L’exposition aux perturbateurs endocriniens était évaluée par la mesure des concentrations urinaires de BPA, bisphénol S (BPS) et bisphénol F (BPF), tous les 3 mois durant une année. En parallèle étaient monitorés les symptômes respiratoires diurnes et nocturnes, leur impact sur la qualité de vie et le recours éventuel à une consultation médicale non programmée, un passage aux urgences ou une hospitalisation pour asthme. Lors de chaque visite trimestrielle, une spirométrie et une mesure du monoxyde d’azote dans l’air expiré, traceur de l’inflammation bronchique, étaient réalisées.

L’analyse des données a mis en évidence une association entre des taux urinaires de BPA et la morbidité asthmatique : augmentation du risque de symptômes d’asthme : odds ratio : 1,40 (1,02-1,92), des consultations médicales non programmées : odds-ratio : 1,84 (1,1-3,0) ou du risque de passage aux urgences pour asthme : odds-ratio : 2,12 (1,28-3,51) pour une multiplication par un facteur 10 du taux urinaire de BPA. Par ailleurs, l’association avec ces trois conséquences ne concernait que les garçons et uniquement le BPA et non BPS ou BPF.

Les auteurs concluent qu’étant donnée la prévalence élevée à la fois de l’exposition au BPA et de l’asthme dans cette population infantile, ces résultats appellent des études complémentaires.

Références : Quirós-Alcalá L., Hansel N. N., McCormarck M., et al. 2020 : Exposure to bisphenols and asthma morbidity among low-income urban children with asthma [En ligne] Journal of Allergy and Clinical Immunology
https://doi.org/10.1016/j.jaci.2020.05.031

L’Anses propose un outil pour hiérarchiser les risques chimiques et biologiques liés à l’alimentation

Depuis la production à la consommation, les produits alimentaires peuvent être contaminés par des agents biologiques ou chimiques. L’Anses a développé un outil d’aide à la décision pour hiérarchiser les risques sanitaires associés à ces contaminants.

L’Anses a d’abord identifié 35 agents biologiques et 11 familles d’agents chimiques susceptibles de contaminer les aliments ainsi que plusieurs milliers de couples aliment-danger jugés pertinents. Elle a ensuite défini des critères de hiérarchisation, en fonction de la probabilité de survenue du risque et de la sévérité des effets sanitaires. Dans une dernière étape, l’Anses a collecté les données disponibles et a renseigné et agrégé les critères au sein de l’outil mis au point.

Cet outil a été testé sur plusieurs contaminants et couples aliment-contaminant, ce qui a permis de montrer son potentiel. En complément, l’Anses conseille la création et la mise à jour d’une base de données pérenne, le déploiement de l’outil grâce à des partenariats nationaux et internationaux, l’application de la méthodologie à l’ensemble des dangers et des couples aliment-danger, l’accompagnement des gestionnaires de risques et l’étude des dangers émergents.

Consultez le communiqué de l’Anses sur https://www.anses.fr/fr/content/s%C3%A9curit%C3%A9-sanitaire-des-aliments-l%E2%80%99anses-propose-un-outil-pour-hi%C3%A9rarchiser-les-dangers

Crèmes solaires pour enfants : encore des substances controversées

Cette enquête menée par le WECF et Agir pour l’Environnement montre que les produits solaires pour enfants contiennent encore trop de substances nocives. Entre mars et mai 2020, le WECF et Agir pour l’Environnement ont recensé les substances controversées figurant dans la composition de 71 produits solaires pour enfants. Les deux associations ont également contrôlé si les industriels respectaient l’obligation d’information de la présence de substances à l’état nanoparticulaire, par l’analyse en laboratoire de trois produits.

Cette enquête a permis de mettre en valeur la présence de 29 substances controversées, dont 5 perturbateurs endocriniens classés comme extrêmement préoccupants. Tous les produits analysés contenaient au moins une substance controversée, et neuf contenaient 10 substances problématiques au minimum. Concernant les substances nanoparticulaires, les trois produits solaires analysés en laboratoire en contenaient effectivement, sans qu’il n’en soit fait mention sur l’emballage.

Cependant, il faut également prendre en compte les risques liés à l’exposition au soleil. Celle-ci, et a fortiori lorsqu’il s’agit d’enfants, présente également des risques sanitaires réels en cas de protection insuffisante. Dans ce contexte, l’usage de produits solaires demeure important bien qu’ils ne soient pas idéaux du point de vue de leur composition.

Deux autres bons réflexes sont d’éviter l’exposition aux heures les plus chaudes de la journée et de vêtir les jeunes enfants pour les protéger du soleil. On peut également citer l’usage de produits après-solaires, peu à risques et que l’on peut facilement fabriquer soi-même, pour parfaite la protection.

Consultez le rapport de l’enquête sur https://petition.agirpourlenvironnement.org/wp-content/uploads/2020/07/Rapport_ProduitsSolairespourEnfants_wecffrance_agirpourlenvironnement20200702.pdf et l’article de 60 millions de Consommateurs à son propos sur https://www.60millions-mag.com/2020/07/07/cremes-solaires-pour-enfants-toujours-des-ingredients-controverses-17546.

Retrouvez aussi d’autres recommandations concernant l’exposition au soleil sur https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2020/les-risques-de-l-ete-quelques-precautions-a-prendre

Fiche « Coronavirus et produits chimiques: comment faire le bon ménage? » de l’ARS Nouvelle-Aquitaine

L’ARS Nouvelle-Aquitaine a publié une fiche concernant l’hygiène des mains, le nettoyage des sols et des surfaces et les produits à utiliser à la maison comme à l’extérieur, pour neutraliser le virus en évitant les produits potentiellement inappropriés, voire néfastes pour la santé.

Cette fiche a été réalisée en collaboration avec la Mutualité Française Nouvelle-Aquitaine et l’Agence de conseil scientifique Alicse.

Voir l’article et télécharger la fiche sur le Site de l’ARS Nouvelle Aquitaine

18 septembre 2020 – WEBINAIRE « Emissions des produits ménagers et impacts sur la santé respiratoire, une question d’actualité »

Le Réseau ÎSEE (Réseau Île-de-France Santé Environnement) organise un Webinaire le 18 septembre 2020 de 14 heures à 15 heures 30.

A cette occasion, le Dr Fabien Squinazi, membre du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), Mélanie Nicolas, chercheuse-responsable du laboratoire de mesures des polluants à l’émission au CSTB et Nicole Le Moual, épidémiologiste à l’Inserm, échangeront autour des émissions des produits ménagers et leurs impacts sur la santé respiratoire.

Pour plus d’informations et pour accéder aux inscriptions, cliquez ici

Facteurs environnementaux & santé : la cohorte E3N-E4N

Coordonnée par l’Inserm, la cohorte E3N-E4N permet d’évaluer sur le long terme l’impact des habitudes de vie et de l’environnement sur la santé des membres d’une même famille. Elle se compose aujourd’hui de deux générations d’individus, la génération E3N (la première) et la génération E4N (la seconde). A partir de 2021, la cohorte sera complétée de la troisième génération. Elle rassemblera alors plus de 200 000 individus de trois générations successives. Les premiers travaux conduits sur la cohorte E3N concernaient les habitudes de vie, l’alimentation et la prise de médicament. Ils prenaient aussi en compte d’autres paramètres non modifiables dont l’âge, le sexe ou encore les antécédents familiaux. Au fil des observations, les scientifiques ont progressivement commencé à étudier l’influence des facteurs environnementaux. Ils se sont notamment intéressés à l’influence des contaminants alimentaires ou des polluants atmosphériques. C’est ainsi qu’ils ont par exemple établi des liens entre les retardateurs de flamme polybromés et le cancer du sein. La cohorte E3N-E4N a peu à peu motivé des collaborations nationales et internationales. Ceci a permis non seulement de multiplier les travaux mais aussi d’élargir la collecte des données. Aujourd’hui, la banque de données contient 25 000 échantillons de sang et 65 000 échantillons de salive des participants. Consultez l’article de l’Inserm sur https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/e3n-e4n-trois-generations-pour-explorer-qui-influence-notre-sante