Phytoœstrogènes : où les trouve-t-on et faut-il s’en méfier ?

Les phytoœstrogènes sont des substances présentes naturellement dans les plantes (ou issues du métabolisme dans l’organisme d’un précurseur végétal), ayant une analogie structurale plus ou moins grande avec l’oestradiol et pouvant donc se lier aux récepteurs des œstrogènes. Elles sont ainsi définies par leur capacité in vivo à induire des effets comparables à ceux des œstrogènes animaux.

Ces molécules font partie de la famille chimique des composés phénoliques et peuvent appartenir à différentes classes : isoflavonoïdes, coumestanes, flavonoïdes, stilbènes, lignanes ou entérolignanes.

Nous pouvons être exposés à certaines de ces molécules par notre alimentation :

  • Les plantes contenant des isoflavones font le plus souvent partie de la famille des fabacées (légumineuses). On trouve notamment des isoflavones (génistéïne, daïzdéine) en grande quantité dans le soja.
  • On peut trouver des lignanes dans de nombreux fruits, légumes, thé, café…
  • Les coumestanes quant à elle, peuvent se trouver dans la partie aérienne de certaines plantes comme la luzerne et le trèfle, ne faisant pas directement partie de notre alimentation humaine mais que l’on peut retrouver dans des compléments alimentaires.

Dans les conditions de consommation classique (notamment concernant le soja très consommé parmi les populations asiatiques), les phytoœstrogènes ne sont pas décrits comme toxiques et bénéficient d’une réputation de sécurité liée à l’historique de leur consommation.

Cependant, la possibilité d’une extension de leur apport dans certaines populations (végétariens occidentaux, consommateurs de compléments alimentaires) à des doses pouvant être élevées et sous forme éventuellement différente, soulève la question de leur innocuité.

Un seuil limite de sécurité dans les apports alimentaires pour la population adulte a été fixé à 1mg/kg/jour, mais ce seuil ayant été établi sur des données anciennes, le HCSP recommande la mise à jour par l’Anses du rapport de l’AFSSA (Agence française de
sécurité sanitaire des aliments) portant sur les risques associés à ces substances, en
particulier pour les femmes enceintes et allaitantes.

Du fait de l’incertitude importante liée à leurs effets potentiels sur la croissance et le développement fœtal, et de leur interaction avec le métabolisme des hormones thyroïdiennes, il est actuellement déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes de consommer des phytoœstrogènes, et donc d’éviter notamment tous les aliments à base de soja (tofu, tonuy, desserts à base de soja) ainsi que les compléments alimentaires contenant des phytoœstrogènes (c’est-à-dire ceux contenant notamment de la luzerne et du trèfle).

 

Sources:

– Avis relatif à la révision des repères alimentaires pour les femmes enceintes et allaitantes. HCSP. 18 janvier 2022.

https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20220118_rvisdesrepralimpourlesfemmenceet.pdf

– Sécurité et bénéfices des phytoœstrogènes apportés par l’alimentation- Recommandations. Affsa. Mars 2005. https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT-Ra-Phytoestrogenes.pdf 

 

Photo: Ella Olsson (pexels)

Phytoœstrogènes : où les trouve-t-on et faut-il s’en méfier ?
Posted in: FAQ

Vous pourrez aussi aimer